Hausse prévue des droits de scolarité au pays : plus du double de l’inflation

Hausse prévue des droits de scolarité au pays : plus du double de l’inflation

Le coût des études universitaires de premier cycle, incluant les droits de scolarité et les frais afférents, va augmenter de près de 13 % en moyenne au pays d’ici 2016-2017, selon une nouvelle étude du Centre canadien de politiques alternatives.

En Ontario, où les droits de scolarité sont déjà les plus élevés au pays, la facture pour l’étudiant moyen passerait de 8403 $ cet automne à 9517 $ en 2016-2017, soit une hausse de 13,26 %. 

La moyenne nationale grimperait, elle, de 6610 $ cette année à 7437 $ en 2016-2017. Il s’agit d’une augmentation de 12,5 % sur quatre ans.

En guise de comparaison, le taux d’inflation au pays était de 1,3 % en juillet, selon Statistique Canada.

« La moyenne des frais de scolarité et des frais obligatoires au Canada a quadruplé depuis 1990, même si l’on tient compte de l’inflation. » — Erika Shaker, co-auteure de l’étude

Selon l’étude, Terre-Neuve-et-Labrador est la province où les frais d’études obligatoires sont les plus bas. Ces frais qui s’établissent actuellement à 2872 $ augmenteront jusqu’à 2886 $ en 2016-2017, prévoit le Centre de politiques alternatives.

Au Québec, la question de l’augmentation des droits de scolarité a donné lieu à une série de manifestations au printemps 2012.

En Ontario, le gouvernement offre à des centaines d’étudiants admissibles une remise de 30 % sur les droits de scolarité. Ce programme est financé, toutefois, grâce à de l’argent qui allait auparavant au programme provincial de bourses d’études. La Fédération canadienne des étudiants demande à l’Ontario d’en faire plus.

Un sondage indiquait récemment que de nombreux parents ontariens retardent leur retraite afin d’aider leurs enfants à payer leurs études.

 

Filed Under: Actualité

About the Author:

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.

*


1 × = neuf