Inondations dans les Prairies: 87 municipalités demeurent sur le qui-vive

Inondations dans les Prairies: 87 municipalités demeurent sur le qui-vive

Le reportage de Jacaudrey Charbonneau

Même si un ciel dégagé offre un moment de répit à la plupart des victimes d’inondations, l’état d’urgence reste en vigueur dans 87 municipalités de la Saskatchewan et du Manitoba.

En Saskatchewan, où les résidents de 53 municipalités demeurent sur le pied d’alerte, le premier ministre Brad Wall estime que ces inondations coûteront plus chers que celles de 2011, qui avaient causé dommages de 360 millions de dollars.

« Nous avons un fonds d’urgence et nous l’utiliserons. » — Brad Wall, premier ministre de la Saskatchewan

« Notre priorité, en tant que gouvernement, est d’aider les municipalités et les Saskatchewanais à faire face à la situation », a-t-il affirmé.

Le premier ministre a indiqué que le fonds d’urgence, connu sous le nom de fonds de croissance et de sécurité financière, comptait environ 500 millions de dollars.

Le sud-est de la Saskatchewan a reçu de 100 à 200 mm de pluie au cours de la fin de semaine.

Des sous-sols ont été inondés, des routes et des caniveaux ont été emportés par le courant et des hectares de champs semés ont été inondés, a-t-il souligné.

Brad Wall a remercié les bénévoles et les employés municipaux, provinciaux et fédéraux qui ont répondu à la crise.

« Ils ont réagi de manière remarquable aux fortes pluies, plus fortes qu’on ne l’avait jamais vu, et aux inondations qui ont frappé une grande partie de la province » — Brad Wall, prremier ministre de la Saskatchewan

Les bureaux du programme provincial d’aide en cas de sinistre et du service d’assistance des routes Highway Hotline sont restés ouverts le jour de la fête du Canada, a-t-il précisé.

Brad Wall compte visiter des municipalités inondées mercredi.

L’hôpital de Melville évacué

Les inondations ont par ailleurs forcé l’évacuation de l’hôpital et du centre de santé de Melville dès 6 h mardi matin.

Les résidents du centre de santé été déplacés à l’aréna et les patients de l’Hôpital St-Peter ont été transférés à Esterhazy et à Yorkton.

Le maire Walter Streelasky est attristé d’avoir eu à évacuer les patients, mais il soutient qu’il n’y avait pas d’autre option.

« Il y avait de l’eau qui commençait à entourer l’hôpital, alors nous ne voulions pas courir de risque et avons amorcé l’évacuation complète, explique-t-il. Un nombre considérable de bénévoles ont érigé des murs de sacs de sable et aidé à l’évacuation. »

La Ville soutient qu’il n’y a pas d’eau à l’intérieur de l’hôpital et qu’une barrière anti-inondations de 1,20 mètre a été érigée autour de l’édifice.

Le barrage érigé à Melville n’a pas cédé et n’est pas en voie de le faire, mais il est au maximum de sa capacité et de l’eau fuit sur les côtés, selon l’Agence de l’eau de la province.

Plus de 120 millimètres de pluie sont tombés sur Melville durant le week-end. Des routes, des ponts et des ponceaux ont été emportés, des récoltes sont perdues et des sous-sols de centaines de maisons de la région sont inondés par de l’eau de pluie et des eaux usées.

De son côté, la capitale Regina est maintenant en mode nettoyage, mais le maire Michael Fougere continue d’encourager les citoyens à minimiser l’utilisation d’eau.

Au Manitoba, où 34 municipalités ont été placées sous état d’urgence, les autorités ont indiqué qu’environ 200 personnes avaient dû quitter leur domicile, principalement dans la municipalité de Sioux Valley.

En soirée, cependant, la petite municipalité rurale de Wallace a reçu un avis d’évacuation obligatoire. Les résidents avaient jusqu’à 21 h pour se rendre au centre pour sinistrés de Virden, une autre municipalité touchée par les inondations. On ne sait pas combien de gens se sont conformés à l’ordre des autorités.

De leur côté, les résidents de Virden ont passé la journée de lundi à installer des sacs de sable, et environ 50 personnes ont dû quitter leur résidence pour se rendre au centre d’évacuation local. « C’est incroyable, le nombre de personnes qui viennent aider, mais ça brise le coeur de voir l’eau continuer à monter », dit Scott Wilson, un résident.

Selon les autorités locales, le niveau de l’eau a baissé d’une trentaine de centimètres depuis lundi soir, mais de nombreuses routes municipales demeurent fermées à la circulation.

Pendant ce temps, à Brandon, la Ville s’apprête à demander à la province de mettre en place son programme d’aide financière en cas de catastrophe. Les résidents doivent donc rapporter tout dommage causé par des sous-sols ou des terrains inondés, ou encore des chutes d’arbres.

L’état d’urgence décrété le 29 juin demeure en vigueur pour tout le territoire de la ville de Brandon. Des digues et des stations de pompage seront installées dans la ville en prévision de nouvelles crues.

Le premier ministre Greg Selinger s’est rendu mardi dans des régions sinistrées de la province, dont Brandon et Deloraine. Il a notamment rencontré les responsables des mesures d’urgence de la municipalité de Deloraine, où l’on tente de pomper une partie de l’eau afin de protéger un secteur résidentiel.

Son ministre de l’Agriculture, Ron Kostyshyn, se trouvait aussi à Deloraine. Il s’inquiète de l’avenir des récoltes si l’eau ne se retire par bientôt des champs.

Filed Under: Actualité

About the Author:

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.

*


trois + 8 =

Inondations dans les Prairies: 87 municipalités demeurent sur le qui-vive

Inondations dans les Prairies: 87 municipalités demeurent sur le qui-vive

Le reportage de Jacaudrey Charbonneau

Même si un ciel dégagé offre un moment de répit à la plupart des victimes d’inondations, l’état d’urgence reste en vigueur dans 87 municipalités de la Saskatchewan et du Manitoba.

En Saskatchewan, où les résidents de 53 municipalités demeurent sur le pied d’alerte, le premier ministre Brad Wall estime que ces inondations coûteront plus chers que celles de 2011, qui avaient causé dommages de 360 millions de dollars.

« Nous avons un fonds d’urgence et nous l’utiliserons. » — Brad Wall, premier ministre de la Saskatchewan

« Notre priorité, en tant que gouvernement, est d’aider les municipalités et les Saskatchewanais à faire face à la situation », a-t-il affirmé.

Le premier ministre a indiqué que le fonds d’urgence, connu sous le nom de fonds de croissance et de sécurité financière, comptait environ 500 millions de dollars.

Le sud-est de la Saskatchewan a reçu de 100 à 200 mm de pluie au cours de la fin de semaine.

Des sous-sols ont été inondés, des routes et des caniveaux ont été emportés par le courant et des hectares de champs semés ont été inondés, a-t-il souligné.

Brad Wall a remercié les bénévoles et les employés municipaux, provinciaux et fédéraux qui ont répondu à la crise.

« Ils ont réagi de manière remarquable aux fortes pluies, plus fortes qu’on ne l’avait jamais vu, et aux inondations qui ont frappé une grande partie de la province » — Brad Wall, prremier ministre de la Saskatchewan

Les bureaux du programme provincial d’aide en cas de sinistre et du service d’assistance des routes Highway Hotline sont restés ouverts le jour de la fête du Canada, a-t-il précisé.

Brad Wall compte visiter des municipalités inondées mercredi.

L’hôpital de Melville évacué

Les inondations ont par ailleurs forcé l’évacuation de l’hôpital et du centre de santé de Melville dès 6 h mardi matin.

Les résidents du centre de santé été déplacés à l’aréna et les patients de l’Hôpital St-Peter ont été transférés à Esterhazy et à Yorkton.

Le maire Walter Streelasky est attristé d’avoir eu à évacuer les patients, mais il soutient qu’il n’y avait pas d’autre option.

« Il y avait de l’eau qui commençait à entourer l’hôpital, alors nous ne voulions pas courir de risque et avons amorcé l’évacuation complète, explique-t-il. Un nombre considérable de bénévoles ont érigé des murs de sacs de sable et aidé à l’évacuation. »

La Ville soutient qu’il n’y a pas d’eau à l’intérieur de l’hôpital et qu’une barrière anti-inondations de 1,20 mètre a été érigée autour de l’édifice.

Le barrage érigé à Melville n’a pas cédé et n’est pas en voie de le faire, mais il est au maximum de sa capacité et de l’eau fuit sur les côtés, selon l’Agence de l’eau de la province.

Plus de 120 millimètres de pluie sont tombés sur Melville durant le week-end. Des routes, des ponts et des ponceaux ont été emportés, des récoltes sont perdues et des sous-sols de centaines de maisons de la région sont inondés par de l’eau de pluie et des eaux usées.

De son côté, la capitale Regina est maintenant en mode nettoyage, mais le maire Michael Fougere continue d’encourager les citoyens à minimiser l’utilisation d’eau.

Au Manitoba, où 34 municipalités ont été placées sous état d’urgence, les autorités ont indiqué qu’environ 200 personnes avaient dû quitter leur domicile, principalement dans la municipalité de Sioux Valley.

En soirée, cependant, la petite municipalité rurale de Wallace a reçu un avis d’évacuation obligatoire. Les résidents avaient jusqu’à 21 h pour se rendre au centre pour sinistrés de Virden, une autre municipalité touchée par les inondations. On ne sait pas combien de gens se sont conformés à l’ordre des autorités.

De leur côté, les résidents de Virden ont passé la journée de lundi à installer des sacs de sable, et environ 50 personnes ont dû quitter leur résidence pour se rendre au centre d’évacuation local. « C’est incroyable, le nombre de personnes qui viennent aider, mais ça brise le coeur de voir l’eau continuer à monter », dit Scott Wilson, un résident.

Selon les autorités locales, le niveau de l’eau a baissé d’une trentaine de centimètres depuis lundi soir, mais de nombreuses routes municipales demeurent fermées à la circulation.

Pendant ce temps, à Brandon, la Ville s’apprête à demander à la province de mettre en place son programme d’aide financière en cas de catastrophe. Les résidents doivent donc rapporter tout dommage causé par des sous-sols ou des terrains inondés, ou encore des chutes d’arbres.

L’état d’urgence décrété le 29 juin demeure en vigueur pour tout le territoire de la ville de Brandon. Des digues et des stations de pompage seront installées dans la ville en prévision de nouvelles crues.

Le premier ministre Greg Selinger s’est rendu mardi dans des régions sinistrées de la province, dont Brandon et Deloraine. Il a notamment rencontré les responsables des mesures d’urgence de la municipalité de Deloraine, où l’on tente de pomper une partie de l’eau afin de protéger un secteur résidentiel.

Son ministre de l’Agriculture, Ron Kostyshyn, se trouvait aussi à Deloraine. Il s’inquiète de l’avenir des récoltes si l’eau ne se retire par bientôt des champs.

Filed Under: Actualité

About the Author:

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.

*


× 2 = quatorze